Lucie Calschi (Master 2009) lance Hudson Mind : une agence digital à New-York

Après des expériences en France, en Inde, en Suisse et aux Etats-Unis, Lucie Calschi (Master 2009) s’est entouré de deux autres spécialistes du digital pour créer l’agence Hudson Mind à New-York. Une agence qui pourrait bien intéresser les nombreux entrepreneurs Edhec aux Etats-Unis…

EDHEC Alumni : Pouvez-vous nous expliquer en quelques mots comment est né Hudson Mind? 

LC : L’équipe d’Hudson Mind est composé de 3 experts : Lucie Calschi(Master 2009), l’insider des leaders du web, Jean Douchet, un serial entrepreneur et Ram Peri, un spécialiste de l’IT et des Big Data.
Tous trois résidents du New Jersey, sur la rive gauche de la Hudson River – Jersey City est le nouveau Brooklyn 😉 – c’est au coeur de Lower Manhattan, que nous nous sommes rencontrés. Nous avons tout de suite partagé une vision commune de “la tech”. Après avoir travaillé ensemble 6 mois, l’association s’est faite naturellement et nous avons créé Hudson Mind LLC en mars 2015, une agence New Yorkaise à taille humaine résolument tournée vers l’expérience utilisateur et la mesure de la performance web en temps réel. Forts de 15 ans d’expérience IT et numérique en Europe, en Asie et aux Etats-Unis, nous avons acquis une solide expertise auprès de clients internationaux. Mais c’est notre compréhension de l’environnement des affaires et technologique New Yorkais qui nous permet d’accompagner aujourd’hui les entrepreneurs français dans leur conquête de la côte Est aux Etats-Unis.

Quel premier bilan tirez-vous de cette aventure entrepreneuriale ?
Hudson Mind

LC  : Je n’en suis encore qu’aux débuts. Le message que je souhaiterais adresser aux Edhec qui ont envie de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale mais n’osent pas serait le suivant : l’idée importe peu, nul besoin d’inventer la poudre – on peut même copier un modèle existant qui fonctionne bien. La qualité et la vitesse d’exécution, en revanche, sont la clé du succès.
Travaillant au sein d’un éco-sytème d’entrepreneurs français à New York, j’ai vu bien des modèles économiques évoluer en cours de route. Celui d’Hudson Mind a également connu des ajustements. D’où l’importance de lancer vite, tester le marché et s’adapter ou mourir… pour rebondir. Il ne faut donc pas être trop perfectionniste, au risque de perdre des opportunités. Le marché n’attend pas ! Issue d’un background “corporate”, je pourrais encore travailler à l’incorporation de l’entreprise aujourd’hui si mon partner, serial entrepreneur, ne m’avait pas fait comprendre l’urgence d’avancer vite en tant qu’entrepreneur.
Premier bilan : Move fast. Fail… a lot. And sooner or later, you will succeed. Or at least you will learn a lot

Avez-vous pu profiter à un moment ou un autre du réseau des diplômés de l’EDHEC ?

LC  : J’en profite depuis le début car le réseau est très réactif partout dans le monde : si les mises en relation n’ont jamais débouché sur une embauche, les conseils de mes aînés ont toujours été d’une aide précieuse et m’ont aidé à construire mon parcours professionnel ces 7 dernières années.

Quels conseils pouvez-vous donner aux jeunes entrepreneurs ?

LC  : A quoi mesure-t-on la valeur d’une idée ou d’un projet ? Aux hommes qui oeuvrent derrière à la bonne exécution. Les investisseurs américains l’ont bien compris et proposent même aux équipes, aujourd’hui, de postuler sans projet. Un conseil : entourez vous des bons partenaires dans la construction de votre projet et privilégiez l’association de profils complémentaires !

Quelles sont les prochaines étapes pour Hudson Mind ?

LC  : Nous croyons aux vertus d’une croissance organique régulière et contrôlée pour l’agence. Et privilégions dans notre politique de recrutement la constitutions d’une petite équipe hautement qualifiée plutôt qu’une “armée de stagiaires” et un turnover élevé.
La liberté de faire évoluer l’agence en accord avec nos valeurs et de sélectionner les projets dans lesquels nous nous engageons sans avoir à rendre de comptes aux investisseurs est aussi un élément appréciable. L’avenir dira si nous avons raison ou tort. Travel addicts et apatrides depuis plusieurs années, nous commençons également à nouer des partenariats clés avec des centres de production IT en France, en Europe de l’Est, en Tunisie et en Inde car nous avons à coeur de trouver les talents de demain au sein d’un pool de ressources mondial et de confronter les compétences techniques des différents marchés.

Avez-vous des attentes vis à vis de la communauté des diplômés de l’EDHEC ?
LC  : Tout soutien est le bienvenu : 1 Like, 1 Share, 1 Lead… Parce que les petits ruisseaux font les grandes rivières !

Contact
Site : www.hudsonmind.com
Facebook
Google+
LinkedIn

Michel Ward (Master 2016) : un étudiant-entrepreneur soucieux de votre look !

Il n’est pas encore diplômé et dirige déjà une start-up depuis bientôt 2 ans. Avec The Innovation Company, Michel Ward (Master 2016) vous invite à essayer sa première application : Apparel Paris. Une solution qui pourrait vous faire gagner du temps la prochaine fois que vous serez devant votre dressing…soyezBCBG

EDHEC Alumni : Comment est née The Innovation Company (TIC) ?
Michel Ward : C’est en échange académique à New York en mars 2013 que j’ai eu l’idée de créer une technologie de création de tenues vestimentaires. Mon professeur de marketing voulait que nous créions un nouveau produit. Je me suis posé la question suivante : que  puis-je créer afin d’améliorer le quotidien des gens ? L’image de ma sœur luttant pour trouver une tenue chaque matin m’est alors venue à l’esprit…et de ce souvenir est née l’application Apparel Paris, premier produit de notre startup TIC. Sa mission est de créer des tenues qui mettent en valeur son utilisateur avec les vêtements que possède ce dernier.  Si l’idée en soi était – et est toujours – enthousiasmante, les obstacles à franchir furent nombreux. Il a fallu convaincre mon entourage que la modélisation mathématique de la mode est possible alors que ce secteur est l’incarnation de la subjectivité et de l’intuition. Ensuite j’étais le seul fondateur de l’entreprise, ce qui m’a forcé à m’entourer de personnes compétentes que je ne connaissais absolument pas au départ. Enfin, il a fallu concevoir l’algorithme de création de tenues qui n’existait pas jusqu’à aujourd’hui.
En février 2015, l’équipe de The Innovation Company compte 3 personnes. J’ai déposé une demande de brevet à l’INPI, nous avons démarché six entreprises afin de promouvoir notre produit B2B. Deux d’entre elles souhaitent d’ores et déjà un proof of concept. Enfin, l’application Apparel Paris, relayée par plusieurs médias (Melty Fashion, Madmoizelle, etc.), vient de sortir.

Quel premier bilan tirez-vous de cette aventure entrepreneuriale ?
MW : La toute première conclusion que je tire est le constat qu’il existe un immense fossé entre la théorie et la pratique. Les concepts enseignés par les professeurs en école de commerce ne paraissent pas si complexes sur le papier. Mais une fois qu’il faut les appliquer en situation réelle, c’est une autre affaire. Interviennent alors les vraies compétences de l’entrepreneur : appréhender le plus de dimensions possible (car jamais rien ne se passe exactement comme on l’imagine), le tout en connaissance de cause en vue de prendre les bonnes décisions.

Enfin, l’entreprenariat me permet de travailler dans plusieurs secteurs à la fois. Le marketing, la stratégie, la finance, le droit, la comptabilité, les ressources humaines…tous ces domaines rythment mon quotidien.

Avez-vous pu profiter à un moment ou un autre du réseau des diplômés de l’EDHEC ?
MW
: Je n’en ai pas eu besoin pour le moment. Mais pourquoi pas à l’avenir !

Quels conseils pouvez-vous donner aux jeunes entrepreneurs ?

MW : Le premier conseil – extrêmement pragmatique – que je peux donner  est d’avoir des nerfs solides. L’entrepreneur doit faire face à des très hauts, mais aussi des très bas. Je pense qu’il est également important de distinguer autant que faire se peut sa vie privée et son projet d’entreprenariat. Sans ça, on peut facilement se laisser submerger.
Quelles sont les prochaines étapes pour The Innovation Company ?
MW : La première étape est la réussite d’Apparel Paris, l’application B2C que nous venons de lancer.
La deuxième étape est le développement B2B de TIC. Les entreprises de prêt-à-porter ont beaucoup à gagner de la création de tenues vestimentaires personnalisées (dont l’augmentation de leur panier moyen). C’est d’ailleurs pour cette raison que deux d’entre elles souhaitent un proof of concept.

Avez-vous des attentes vis à vis de la communauté des diplômés de l’EDHEC ??
MW : Notre priorité aujourd’hui est de trouver des entreprises prêtes à vivre l’aventure Apparel avec nous. Plusieurs diplômés EDHEC ont des postes clés dans le secteur du prêt-à-porter. Nous espérons qu’ils verront en notre technologie innovante une voie de développement et de rentabilité.

Téléchargez l’application Apparel Paris !

Contact
www.innovationcompany.fr
mward@innovationcompany.fr
Suivez Apparel Paris sur Facebook
Suivez The Innovation Company sur Twitter

Théodore Chastel (Master 2014) vous propose de partager vos coups de coeur grâce à Swingli !

Musiques, films, livres… combien de fois avez-vous demandé l’avis de vos amis avant de faire votre choix ? Notre jeune entrepreneur Théodore Chastel (Master 2014) vous invite à découvrir Swingli !Swingly

EDHEC Alumni : Pouvez-vous vous présenter et résumer votre parcours  ?
Théodore Chastel : Je m’appelle Théodore, j’ai 24 ans et je viens tout juste d’être diplômé de l’EDHEC (promo 2014). J’ai suivi le MSc Corporate Finance sur le campus de Nice et après un dernier stage en finance à Londres, j’ai décidé de franchir le pas et de me lancer dans une aventure entrepreneuriale. J’avais en tête depuis plusieurs années de créer un jour ma société mais je n’avais jamais pensé que cela arriverait aussi vite. Je suis aujourd’hui très heureux de ce choix car cette expérience se révèle extrêmement enrichissante tant sur le plan humain que professionnel.

Comment est né Swingli?
TC : Cela faisait de nombreuses années que je sollicitais régulièrement mes amis afin qu’ils me conseillent des biens culturels (films, séries, livres, musique, etc). L’année dernière, j’ai demandé dans la même semaine à François, jeune diplômé de l’ESSEC qui allait devenir mon associé, de me rappeler le nom d’un film, d’une série et d’un artiste dont il m’avait parlé le mois précédent. Ma troisième demande était celle de trop ! L’idée de créer une application mobile permettant de découvrir les coups de cœur de ses amis et de les conserver sur son smartphone était née. Quelques semaines plus tard nous faisions la connaissance de notre directeur technique, Charlu, diplômé des Mines de St-Etienne et nous entamions le développement de Swingli.

Parlez-nous de l’application Swinlgli…
TC
 
: Sur Swingli, nous vous permettons de découvrir les coups de cœur culturels de ceux qui comptent vraiment pour vous : vos amis et prochainement vos influenceurs préférés (médias, blogs, experts,…). Nous pensons en effet qu’ils sont mieux placés que les algorithmes ou des inconnus pour vous recommander des contenus qui vous plairont. Sur Swingli, vous pouvez ainsi recommander les œuvres que vous avez aimées aux amis de votre choix dans un cadre privé, solliciter vos amis en cas de panne d’inspiration, conserver au chaud les recommandations qui vous intéressent, découvrir les œuvres les plus recommandées sur l’application et comparer vos statistiques avec celles de vos amis.Notre modèle économique repose sur deux piliers. D’une part, nous souhaitons adhérer à des programmes d’affiliation (existants ou non) que proposent certains sites marchands et plateformes de distribution de contenus (Fnac, Amazon, iTunes, Deezer, etc). D’autre part, nous souhaitons proposer de la publicité native ciblée (recommandations sponsorisées) aux ayants-droit des secteurs du cinéma, de la télévision, de l’édition et de la musique.

Quelles sont les perspectives de croissance ??

TC : Un mois après le lancement sur l’App Store, notre communauté compte déjà plus de 1000 membres. Notre priorité est aujourd’hui de recueillir un maximum de feedbacks de leur part afin d’améliorer l’ergonomie et les différentes fonctionnalités de l’application. Ces améliorations ainsi que la sortie de la version Android, prévue pour la fin du mois d’avril, nous permettent d’espérer atteindre la barre des 10 000 utilisateurs à la fin de l’été 2015. Nous souhaitons également lever des fonds auprès de business angels d’ici l’été prochain afin de renforcer notre équipe et de mettre en place notre business model.

Avez-vous pu profiter à un moment ou un autre du réseau des diplômés de l’EDHEC ?
TC : J’ai eu l’occasion de contacter plusieurs EDHEC au cours de ces derniers mois. Ils se sont montrés à chaque fois très disponibles et m’ont donné de nombreux conseils qui m’ont permis de faire avancer notre projet. Je tenais à les remercier une nouvelle fois au nom de l’équipe Swingli. Le réseau des diplômés de notre école est une véritable force et je m’en suis réellement rendu compte récemment.

Quelles sont vos attentes vis à vis du réseau ?
TC : Nous souhaitons développer des partenariats avec des acteurs des industries du cinéma, de la télévision, de l’édition et de la musique. Nous cherchons en particulier des « influenceurs » (médias, experts, personnalités) auxquels nos utilisateurs pourraient s’abonner sur Swingli ainsi que des potentiels annonceurs (distribution cinématographique, groupe audiovisuel, maison d’édition, labels musicaux, etc…) qui pourraient être tentés par l’expérimentation de notre publicité native (la première campagne test serait gratuite et nous permettrait de tester notre back-office).Par ailleurs, je serais ravi d’échanger avec d’anciens EDHEC qui auraient de l’expérience dans l’univers du web et du mobile. Pour finir, je vous invite à télécharger Swingli (c’est gratuit) et à me faire part de toutes vos remarques. Cela nous aiderait énormément et nous ferait gagner un temps précieux. Je suis bien évidemment à votre disposition si le projet vous intéresse. N’hésitez pas à me contacter !

Téléchargez Swingli en cliquant ici !

Contact
www.swingli.com
Suivez Swingli sur Facebook
Suivez Swingli sur Twitter

ENTREPRENEURSHIP : 3 talents issus de la promo 2013 lancent “soyezBCBG”

3 Edhec, 3 copains et désormais 3 entrepreneurs ont récemment uni leurs compétences pour créer leur société de service à domicile : soyezBCBG. Une première aventure entrepreneuriales “qui a de la classe”…

EDHEC Alumni : Pouvez-vous résumer votre parcours depuis la sortie de l’EDHEC et nous expliquer comment est né soyezBCBG.fr ?
Thomas Arnaudo : Thomas C, Matthieu et moi-même nous sommes rencontrés sur les bancs de l’EDHEC, à Lille. Membres de la même association (la Course Croisière EDHEC), nous avons beaucoup travaillé ensemble pendant 2 ans… ce qui nous a permis de se lier d’amitié, de travailler ensemble sur des projets complexes et intenses, et surtout de se rendre compte que nous avions la même ambition : devenir entrepreneur ! Nous avions un double objectif : créer un service innovant qui facilite la vie de ses utilisateurs, et créer de l’emploi… C’est ce qui nous stimulait !

Thomas C. a eu cette idée de service à domicile de Pressing et Groom de qualité. Dans les secteurs où il a travaillé, le costume était de rigueur. Thomas C. devait donc régulièrement se rendre au pressing, pour apporter ou récupérer un costume ou une pile de chemises… Et chaque fois la même galère : rarement le temps, jamais les bons horaires d’ouverture et une prestation souvent décevante. L’idée d’un service à domicile, adapté aux horaires de bureau et d’une qualité irréprochable, a alors progressivement fait son chemin. Thomas C. savait que Matthieu et moi-même serions motivés par un projet entrepreneurial. Il nous a donc exposé son projet en détail. Le surlendemain, nous décidions de nous associer au projet ! C’est ainsi qu’est né soyezBCBG !

Quel bilan tirez-vous de cette aventure entrepreneuriale ?
TA : Nous sommes unanimes : c’est la chose la plus excitante que nous ayons faite jusqu’à présent. Vous avez raison de parler d’aventure ; c’est une expérience  passionnante, intense, unique!   La vie entrepreneuriale est aussi très exigeante et nous nous imposons un rythme de travail soutenu pour gérer les multiples problématiques et challenges que nous avons au quotidien… Il nous faut sans cesse chercher à améliorer le service, à optimiser les process, à nous faire connaître auprès de nouveaux clients. C’est la meilleure des formations, nous apprenons beaucoup ! Jusqu’à présent, le bilan que nous tirons de ces premiers mois est très positif. Nous sommes très contents de nous être lancés dans l’aventure !

Avez-vous pu profiter à un moment ou un autre du réseau des diplômés de l’EDHEC ?soyezBCBG
TA
: Pas encore et c’est la raison pour laquelle nous vous contactons aujourd’hui. Nous connaissons le rayonnement et le dynamisme d’EDHEC Alumni. Nous aimerions pouvoir en bénéficier, aussi bien pour l’expertise que certains EDHEC peuvent nous apporter, que pour faciliter la vie des EDHEC qui veulent faire appel à notre service.  Nous aimerions aussi nous impliquer davantage dans le réseau Club Entreprendre de l’EDHEC, afin de participer au développement de l’entrepreneuriat. Nous sommes des passionnés de l’entrepreneuriat et avons à coeur de le développer.

Quels conseils pouvez-vous donner aux jeunes entrepreneurs ?

TA : Pour ceux qui sont entrepreneurs mais qui ne se sont pas encore lancés, allez-y lancez vous ! La vie est bien trop courte pour se poser trop longtemps la question. Ça vaut vraiment la peine de tenter sa chance.  Pour ceux qui se sont déjà lancés, bonne chance !

Quelles sont les prochaines étapes pour soyezBCBG.fr ?
TA : Nous voulons faire connaître soyezBCBG.fr dans tout Paris. Le challenge est de taille, mais la patience et la persévérance nous permettront d’y arriver. Nous actionnons le plus de moyens de communication possibles : réseau, réseaux sociaux, presse, bouche à oreille, promotions, etc.  Aussi, nous travaillons pour agrandir notre réseau de pressings partenaires de grande qualité. Nous voulons garantir au client un service irréprochable, et rapide. Enfin, nous développons la partie Groom de notre site internet. Établir des partenariats avec des “producteurs” de qualité est un processus long… nous progressons lentement mais sûrement. Nous voulons proposer à nos clients ce qui se fait de mieux dans la mode, la gastronomie et l’art de vivre à la française.

Avez-vous des attentes vis à vis de la communauté des diplômés de l’EDHEC ??
TA : Comme évoqué plus haut, nous sommes avides de conseils. Beaucoup d’EDHEC sont experts dans un domaine, nous leur serions extrêmement reconnaissants s’ils nous donnaient quelques conseils.  Pour les partenariats groom, nous recherchons actuellement des EDHEC pouvant nous proposer des produits de la mode, de la gastronomie ou de l’art de vivre à la française.  Quand nous nous serons développés davantage, si nous faisions une levée de fond, nous nous tournerons bien sûr vers les EDHEC en priorité !


Contact

www.soyezbcbg.fr
www.grooming.soyezbcbg.fr
Suivez Soyez BCBG sur Facebook
Suivez Soyez BCBG sur Twitter

Appel aux entrepreneurs : nos étudiants peuvent vous aider !

Depuis deux ans, le BBA EDHEC renforce sa dimension entrepreneuriale. Cette année, ce sont 85 étudiants qui ont choisi de spécialiser leur parcours par un approfondissement entrepreneurship.tee

Chacun de ces étudiants doit, entre février et mai 2015, réaliser deux journées de missions entrepreneuriales libres. Il s’agit pour eux de choisir librement une mission à caractère entrepreneurial qu’ils trouvent par eux-mêmes ou que nous leur suggérons. Certains passent une journée de « découverte » avec un entrepreneur, d’autres accompagnent des entrepreneurs en réalisant une étude de marché, une mission de créativité, un business model ou un business plan sommaire.

Soucieux de renforcer les liens entre les alumni et les étudiants, nous vous proposons de profiter de cette opportunité. Que vous soyez entrepreneurs ou ayez simplement le souhait de creuser une idée entrepreneuriale, quel que soit votre besoin de compétence ou votre souhait de partager votre quotidien d’entrepreneur, sollicitez nous !

Merci de me transmettre vos propositions afin que nos étudiants puissent participer au développement de votre entreprise pour des missions de quelques heures ou quelques jours. Bien entendu, pour des missions plus poussées, n’hésitez pas non plus à nous solliciter pour réfléchir ensemble aux moyens de vous mettre en interaction avec les équipes de l’EDHEC ou avec les étudiants du Master ou du BBA notamment pour des stages.

> olivier.beddeleem@edhec.edu
> sabrina.behagle@edhec.edu

 

Photo : équipe association Total EDHEC Entreprendre

Stéphanie Hervier (EDHEC 2008) lance Medaviz, les premiers conseils médicaux en ligne

EDHEC AlumniPouvez-vous nous présenter votre parcours ? 

Stéphanie Hervier : J’ai intégré l’EDHEC en 2004. J’ai passé les deux premières années à Lille, où je faisais partie du Chti. Je suis partie en césure en juillet 2006 : 1 an en tant que stagiaire ACP chez Henkel, puis 6 mois en tant que stagiaire ACP chez Danone.J’ai terminé ma scolarité à l’EDHEC en passant un semestre à l’Aarhus School of Business, au Danemark.A mon retour, j’ai soutenu mon mémoire et obtenu mon diplôme de Master en Management.Je suis alors partie en Californie pour mon premier poste, en marketing, chez Frial, une entreprise d’agroalimentaire. Je suis rentrée en France fin 2009 et j’ai intégré l’équipe Marketing & Communication du cabinet de conseil BearingPoint, que j’ai quittée fin octobre 2014.

EA : Comment est né votre projet entrepreneurial ?

SH : Mon frère a fait 10 années d’expertise comptable et de commissariat aux comptes. Dans ce cadre, il a rencontré un médecin qui travaillait pour une structure d’hospitalisation à domicile (forme associative). Ce médecin lui a évoqué l’idée d’un site de conseil médical en ligne, qui lui semblait répondre à un réel besoin des Français.
Mon frère m’en a parlé, et nous avons étudié le marché qui est clairement prometteur. 55% des Français ont déjà renoncé à des soins à cause du délai pour obtenir un rendez-vous, et 1 Français sur 4 s’est déjà dit après coup que la consultation chez le médecin n’était pas nécessaire !

EA : Décrivez-nous votre entreprise ? 

SH : Medaviz est une plateforme de conseil médical en ligne. Elle met en relation des particuliers et des professionnels de santé (généralistes, spécialistes, paramédical), disponibles en temps réel 7jours/7, afin d’obtenir des informations médicales personnelles et fiables. En trois mots : Ecouter, Expliquer, Rassurer.
Medaviz offre une réponse à toutes les demandes santé du quotidien :
– Un 1er avis médical disponible en cas de délai trop important pour obtenir un rendez-vous avec un professionnel de santé, de manque de temps ou de déplacement à l’étranger (vacances, expatriation, etc)
– Un complément d’information fiable sur un diagnostic reçu, un traitement ou un symptôme
– Un accompagnement dans l’automédication
– Un moyen d’échanger sur des sujets délicats, plus simples à aborder au téléphone qu’en face-à-face
Les objectifs sont multiples : réduire le nombre de consultations inutiles, offrir une alternative aux urgences des hôpitaux engorgées, responsabiliser les Français sur leur parcours de soin, etc. Un récap en vidéo est disponible ici.

Nous ciblons le B2B : les assurances pour qu’elles proposent le service à leurs adhérents (service différenciant, surtout avec l’ANI et le marché des professionnels qui se développe) ; les entreprises pour qu’elles proposent le service à leurs salariés (favoriser le bien-être en entreprise, et outil d’aide à la lutte contre les RPS et l’absentéisme).
Notre équipe est constituée de :
– Guillaume Lesdos, président
– Jean Spalaikovitch, médecin
– Anne, Spalaïkovitch, pharmacienne
– Stéphanie Hervier, directrice marketing

Mediaviz

EA : Quelles sont les perspectives de croissance ?

SH  : Difficile de répondre simplement à cette question… plusieurs millions d’utilisateurs dans l’idéal !

EA : Avez-vous pu profiter à un moment ou un autre du réseau des diplômés de l’EDHEC ?

SH : Peu pour le moment, mais c’est mon objectif. De grands dirigeants d’entreprises françaises sont passés par l’EDHEC, et j’espère avoir la chance de les rencontrer.

Plus d’informations

> stephanie.hervier@medaviz.com
> www.medaviz.com.fr
Suivez Mediaviz sur Twitter

Medhi Abdelmouttalib (EDHEC BBA 2007) donne une nouvelle vie à vos téléphones

Mehdi Abdelmouttalib (EDHEC BBA 2007) est co-fondateur de Rplus Technologies, une entreprise spécialisée dans le recyclage de téléphone mobiles. Fort d’une expérience en tant qu’ingénieur d’affaires en SSII, il est aujourd’hui à la tête de l’activité de la marque Yukkaz. 

A propos de Rplus Technolgiesentreprneeur
RPlus Technologies est le spécialiste de la seconde vie du téléphone mobile avec deux valeurs fortes que sont le développement durable et l’économie sociale et solidaire. Nous collectons les téléphones usagés dans les entreprises, administrations et associations sous notre marque Mobile Vert. Les téléphones sont ensuite acheminés à l’Associations des Paralysés de France pour y être reconditionnés par des travailleurs en situation de handicap. Les téléphones sont ensuite revendus en BtoC sur le web et en BtoB sous notre Marque Yukkaz .

Originalités du projet
En proposant la gestion de la deuxième vie des mobiles, RPlus propose aux entreprises et grandes administrations un projet regroupant la RSE et le Développement Durable alliés à un impact fort sur l’économie Sociale et Solidaire (nous sommes labellisés ESS : Entreprise Sociale et Solidaire). Nous sommes le seul acteur à combiner autant d’avantages dans un service.

Vos cibles
Sur la collecte avec Mobile Vert, nos cibles prioritaires sont les grandes entreprises et les grandes administrations ayant un parc de téléphones mobiles important. L’effacement des données personnelles, la réduction de la taxe Agefiph, la traçabilité et le bilan RSE sont nos principaux avantages concurrentiels. Sur la revente avec Yukkaz, nous vendons des téléphones et smartphones d’occasions reconditionnés , remis à neuf et surtout garantis.
Nous adressons les clients finaux via notre site web www.yukkaz.com ainsi que via des boutiques sur les marketplaces comme Priceminister, CDiscount, Fnac et Amazon.

Taille de l’équipe
3 associés dont 1 EDHEC

Capital à lever : 300K€

Perspectives de croissance 
Devenir leader sur la collecte des flottes entreprises en France et en Europe. Faire de notre marque Yukkaz une référence sur les produits d’occasions en France et à l’international.Ces objectifs seront accompagnés d’une forte campagne de recrutement afin de dimensionner nos équipes et de répondre aux attentes de nos clients.

Vos attentes par rapport au réseau EDHEC ?
Le réseau EDHEC sera pour nous un relais important pour étendre nos services et faire grandir notre Startup. Nous cherchons à la fois du réseau business pour implanter notre service au sein du réseau EDHEC, et du réseau financier, pour trouver les bon partenaires dans le cadre de notre levée de fonds.

Plus d’informations
www.rplustechnologies.com
www.yukkaz.com

Des entrepreneurs Edhec récompensés pour leur audace lors de la 16ème édition du Concours Talents

Le 22 septembre dernier se tenait la remise des prix de la 16ème édition du Concours Talents organisé par BGE, réseau national d’appui aux entrepreneurs.
Rosa Kiwi, enseigne de yaourt glacé, a été créé par deux diplômés Edhec : Fayçal Bouhamidi et Victory Orset (EDHEC 2012) .

 Rosa Kiwi s’y est distingué en obtenant le prix de l’Audace récompensant les créateurs ayant su faire preuve d’audace en transformant une bonne idée en véritable business. Le jury a relevé différents facteurs clés qui font le succès naissant de Rosa Kiwi: la motivation et la capacité des créateurs à développer l’entreprise, leur forte motivation, l’innovation et l’originalité que présentent la marque, ainsi que la viabilité économique et les résultats déjà atteints.

Cette distinction renforce la crédibilité de la jeune entreprise dans sa démarche de développement et de recherche de financement. La force de Rosa Kiwi est d’abord son image de marque. La jeune marque a su se démarquer en créant tout un univers autour de son produit phare, le yaourt glacé 100% naturel à 0% de matières grasses. L’image et le goût du produit sont adaptés aux spécificités du marché français, un facteur clé pour le succès de l’enseigne.
L’objectif pour l’été 2015 est l’ouverture d’une deuxième boutique à Paris pour asseoir la notoriété dans la capitale, et la conception d’un food truck afin de répondre aux sollicitations d’événements privés et publics.illurosa

Le Concours Talents
Le Concours Talents est le premier concours régional et national de la création d’entreprise. Il attire chaque année un nombre toujours grandissant de créateurs. Le sérieux de son déroulement, la crédibilité qu’il apporte aux lauréats face aux professionnels (banques, institutions, entreprises, etc.), ses dotations, sa couverture nationale et sa notoriété sont autant d’éléments qui motivent les candidats.
Plus de 1500 candidatures au départ, 100 projets récompensés en région, pour 10 lauréats au national… la forte sélectivité des projets est un gage de qualité.
> Plus d’infos sur le Concours Talents

 

Contact
4 rue Mouffetard, Paris Ve
> www.rosakiwi.com
> faycal@rosakiwi.com 

Deux EDHEC BBA 2013 créent le pressing 2.0 avec PressingBox

Johan Melab & Ghislain Michaud se rencontrent à l’EDHEC au sein du programme BBA, où ils se spécialisent en finance et entreprenariat. Diplomés en 2013, ils sont rapidement attirés par l’idée de créer un projet ensemble.Ils se concentrent alors sur la mutation des modes de vies, notamment à la gestion du temps quotidienne des cadres en ville.illupressing
Très vite, les deux jeunes diplômés imaginent un nouveau service de pressing 2.0 : Des consignes sont installées sur le parcours quotidien des citadins pressés (entreprise, salle de sport ou encore supermarché). Après s’être crée un compte client, les utilisateurs peuvent déposer leur linge 7j/7 et 24h/24 et le récupérer propre et repassée dans la consigne de leur choix 48h plus tard.  Ensemble, Johan & Ghislain façonneront leur projet pendant près de 6 mois, dans leur bureau du 15ème arrondissent de Paris.

Le service PressingBox s’est lancé en Septembre 2014 dans Paris, on le trouve dans trois salles de sport, l’entreprise Air Liquide et bientôt beaucoup d’autres.
A écouter les deux jeunes fondateurs, on s’aperçoit vite qu’ils ont des pistes d’évolution toutes tracées. Un service de coordonnerie ou encore de retouches en font partie.

Contacts
> Johan Melab
> Guislain Michaud

> www.pressingbox.fr

C’est la reprise pour le Club Entreprendre

En passant

Hello les Entrepreneurs,

Toute l’équipe du 1st, Vanessa, Fabian, Jérémie et moi-même, espérons que vous avez passé de bonnes vacances pour vous ressourcer et attaquer la rentrée sur les chapeaux de roues.

Nous serons heureux de vous accueillir pour une session de rentrée le 16 septembre.

Attention, c’est un jeudi et ce sera le soir pour coller au nouveau format EDHEC. Le but : maximiser votre networking avec d’autres Alumni présents sur le site le même soir.

Nous vous donnerons le programme de l’année et serons heureux de récupérer vos attentes sur les thèmes à développer.

Nous vous attendons en nombre !

Jean pour l’équipe des 1st

> Cliquez ici pour vous inscrire